Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
andandoloscaminos

Blog sur notre vie à deux en Amérique Latine et dans les Caraïbes

La Habana: Cuba, aqui llegamos!

Enfin, c'est le mot qu'on a à la bouche en faisant nos premiers pas dans les rues de La Habana, en plein quartier du Vedado, dans une chaleur terrible et torride, aimantés par la mer qui est caressée par le Malecon, où l'on compte déguster notre première bière en regardant le soleil aller se reposer...

Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !
Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !

Première vue de la terre, premier taxi rétro, premières affiches de propagande révolutionnaire, premiers édifices à la soviétique, première vision du Sacro Saint CHE !

Casi nos vinimos de viaje el año pasado desde Costa Rica, pero como había salido el trabajo en Colombia, tuvimos que esperar un poco mas...

pero esta vez si, llegamos para descubrir lo que podamos de la isla, tenemos 30 días, muchas dudas sobre como viajaremos, pero ganas de ir de oeste a este, de norte a sur, de ver las ciudades, coloniales o mas recientes, las playas, los bosques, las montañas, las huellas de la Revolución, de las guerras de Independencia, hablar con la gente, ver como viven, entender lo que va y lo que no va dentro de este régimen y país tan peculiar...

Mais on ne perd pas nos bonnes habitudes, un petit apéro sur le pouce sur le béton du Malecon, il est 19h, le soleil est encore haut, peu de gens, on découvre le Malecon dans sa partie centrale, au niveau du Vedado, lieu où les immeubles d'une cinquante année dominent, avec la ponctuation des drapeaux et des statues de leaders révolutionnaires, ici Marti... on marche vers l'est, pour se rapprocher du centre ville de la Habana Vieja.

Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...
Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...
Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...
Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...
Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...
Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...

Instantanés de notre découverte du Malecon, avec un petit air de Silvio Rodriguez en fond sonore...

Cindy est fascinée et conquise, Thomas un peu amusé et étonné de se retrouver au milieu de cette carte postale si connue...

La atmósfera esta muy apaciguada, pasan autos de cuando en cuando, pocas gente en el Malecon, pero sube una luz rojiza increible.

de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...
de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...

de Maceo, leader des guerres révolutionnaires du XIX contre l'Espagne à la Bandera, un peu écaillée, si évocatrice...

La soirée avance, on rentre chez Iseult et Jorge, qui nous accueillent dans le quartier du Vedado et nous attendent pour un repas sympa sur leur azotea, bercés par une brise dans cette chaleur étouffante...

Nos vamos a dormir, con una excitación terrible por ver el centro de La Habana Vieja, pero esperaremos el día siguiente...

Et heureusement pour nous, le soleil ne tarde pas trop, requinqués par un bon petit déj, on saute dans une grosse américaine, à trois confortamblements assis sur la banquette arrière, ces taxis privés font un trajet fixe, pour 10 pesos cubains, ou 10 MN, pour Moneda Nacional et on commence à découvrir les subtilités d'un pays qui fonctionne avec deux monnaies, le CUC et le MN... mais restons pour ce premier article sur la simple magie des lieux,

on aura le temps de vous en dire plus sur les aspects pratiques par la suite...

Esos taxis compartidos llegan todos en la zona del Capitolio, famosisima replica del palacio de Washington, los Cubanos nunca olvidaran de agregar que el de La Habana mide 4 metros mas que el de Estados Unidos. Ahí se encuentra el opera nacional, en reparación, y los primeros edificios que muestran en lujo histórico de la Habana Vieja. Entramos en la parte turística de la ciudad.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

On commence par découvrir les places Plaza de Armas, Plaza de la Catedral, Plaza Vieja, avec une chaleur qui anesthésie un peu les sens, on ne voit errer que les touristes...

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

La magia pasa por las perspectivas, porque en cada rincón de calle, uno puede ver una iglesia, un palacio, un cielo azul poderoso...

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

Et on ne peut pas ne pas commencer par une visite à la Révolution, avec el museo de la Revolución, où l'on découvre une autre petite particularité de traitement des personnes... le musée est à 8 CUC pour les étrangers, 8 MN pour les Cubains... pour donner une idée, c'est 25 fois plus cher...

el lugar es simbólico porque es el antiguo palacio del dictador Batista, lugar donde residieron la mayoría de los presidentes del país.

ça fait donc un peu vide, car on vous propose une exposition vieillotte sur le processus de la révolution, ses réalisations, ses objectifs, dans une prose enflammée qui sonne assez creux, car datant d'époques d'affrontement idéologique, désormais un peu révolues...

Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956
Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956
Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956
Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956
Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956
Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956

Drapeau, beautés d'un palais et objets mémoriels de la lutte, avec le Granma, bateau du débarquement des frères Castro et de Guevara en 1956

Seguimos el paseo con ganas de ver un poco el puerto, atravesamos las calles, llegando al Canal de entrada a la Bahía,  mármol de un blanco eclatante, pero no nos encontramos a nadie por la zona, por causa del calor.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

Mais sous le lustre, pointe déjà la décrépitude. Et on s'engage dans le début du Malecon, à la pointe du port, avec les vues les plus fameuses du lieu, dont on voit que certaines demeures ont déjà été totalement rénovées et qu'on procède à des déménagements jours après jours...

Esperemos que el arquitecto de la ciudad vieja sepa preservar el aspecto mágico del Malecón, impidiendo cambios demasiado modernistas, que ya podemos ver en otras zonas de la ciudad, donde se cae un edificio antiguo para producir un palacio de hormigón sin sabor...

Un Malecon en processus de changement...
Un Malecon en processus de changement...
Un Malecon en processus de changement...
Un Malecon en processus de changement...
Un Malecon en processus de changement...
Un Malecon en processus de changement...

Un Malecon en processus de changement...

Tras un paso a casa, lo que sera rápidamente una costumbre cotidiana, para huir del calor y del sol en esas horas de la tarde que arden,

on retrouve notre copine Codou, collègue de Thomas, prof de Bio à Pereira, qui est elle aussi de passage sur l'île, pour vibrer au rythme de la salsa de Santiago.

Une bière, une promenade par le Malecon pour le coucher du soleil, le Prado, passage par la nouvelle antenne de l'Alliance Française, inaugurée par Hollande il y a peu, même si ce n'est qu'une coquille vide pour l'instant, on se laisse porter par l'ambiance, des étoiles pleins les yeux, mais encore vaguement inquiets par ce qui va suivre, car le cocon de la Habana Vieja ne laisse pas trop présager de la suite...

Avec Codou à La Habana
Avec Codou à La Habana
Avec Codou à La Habana
Avec Codou à La Habana

Avec Codou à La Habana

jour 3 à Cuba, on visite un peu la zone du Vedado, avec un premier parcours par le Cementerio Cristóbal Colon, nécropole immense qui concentre un raccourci de l'histoire de la ville et de l'île, car on trouve des personnages illustres et anonymes depuis 1876.

Pour nous ça sera l'occasion de zigzaguer entre les tombes, les morts de la révolution, des guerres contre l'Espagne, jusqu'au variété musicales actuelles, avec la tombe de Ibrahim Ferrer.

Lo interesante es que estamos en un lugar sin religión oficial, por eso las cruces son escasas, pero vemos tumbas de logias masonicas, urnas contemporáneas de reducción hechas para optimizar el espacio y tumbas laicas humilde.

Pour preuve, on ressortira du lieu avec en poche un petit livre écrit par un prètre catholique sur l'histoire et les racines de la Santeria.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

Seguimos el paseo por la zona de la plaza de la Revolución, cruzada el día de nuestra llegada en el carro. Tan famosa, a través la fotos de korda, de los discursos de Fidel, en esta tarde parecen un poco dormida, pasan carros por las aceras asfaltadas, uno no sabe donde termina la carretera y donde esta la plaza.

Les édifices officiels sont décorés par les visages hiératiques de Ernesto Guevara et de Camilo Cienfuegos, et au centre, trône une statue imposante de Marti, au pied d'une tour immense, malheureusement fermée, qui irradie par une atemporalité saisissante.

La place se situe sur un petit promontoire et offre aux pieds de Marti, une vue splendide sur la Habana Vieja et ses églises, sur la mer et le Malecon au loin.

Nos quedamos un buen rato disfrutando del lugar, esperando una llegada extraordinaria, saboreando el estar en un lugar tan famoso e histórico.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

On sort lessivés de cette nouvelle journée de visite, plus carte postale que vraiment humaine, car La Habana nous semble étrangement vidée de sa population, dans ce quartier où les dimensions des rues font qu'on se sent un peu perdus...

Tras el descanso cotidiano, nos vamos a dar una vuelta al ciné, para ver la peli argentina Relatos Salvajes, avec l'habituelle et toujours aussi talentueux Darin. Un film un peu inhabituel, car l'Argentine joue plus souvent la carte de l'humour et de la simplicité, ici on rue résolument dans les brancards.

Pour info, l'entrée habituellement à 2 MN a été bradée à 1 MN, car la clim est cassée... et c'est vrai qu'un ciné cubain à 17h sans AC est une expérience intense et difficile à vivre!

Regresando a la calle, nos encontramos a los pocos minutos en el Malecón, por la zona del edificio de los intereses norte americano, que en unos pocos días, este mes de agosto, se va a convertir en embajada de los Estados Unidos en Cuba.

Face à ce bâtiment qui ressemble à un bunker, les autorités cubaines avaient planté une forêt de mâts pour pouvoir à loisir sortir les drapeaux et couper la vue au bâtiment...

Sur le retour, c'est par l'Avenida de los Presidentes qu'on revient, pour saluer Salvador Allende.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

jour 4, nouvelle sortie dans la Habana Vieja, pour voir le musée de la ville, sur la Plaza de Armas, où Colon nous accueille dans un superbe palais aux massives pierres.

Pero el objetivo del día es sobre todo cruzar el puerto, para ir a ver la zona de la fortaleza de San Carlos de la Cabaña, que domina la ciudad y atrae por su pasividad.

Uno tiene que cruzar con un pequeño ferry, para llegar al barrio de Casablanca, luego subir hasta le estatua gigante del Cristo, que terminan de preparar para la visita del papa Francesco en septiembre.

On découvre un peu par hasard qu'une jolie petite villa isolée, avec une vue imprenable sur la Habana Vieja, fut un lieu de vie d'Ernesto Guevara, cadeau de Fidel à son ami et minsitre, qui n'y vécut que quelques mois...

Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara
Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara

Colon, Bolivar, aduana et église orthodoxe russe, puis vue de la ville et Casa de Guevara

Et on arrive enfin à la forteresse, plus grand édifice militaire construit par les conquistadors espagnols en Amérique (on nous avait dit la même chose de la forteresse San Felipe à Cartagena de Indias...

La vista es abrumadora, y como siempre con la distancia la ciudad da una impresión de tranquilidad.

Et le fort est lui aussi puni par le soleil du début d'après-midi, mais on profite quand même du point de vue et de cette impression de revivre une époque passée par un décor si bien conservé.

En este lugar, Ernesto Guevara tendrá un punto de comandancia a partir del 3 de enero 1959, dos días después de la victoria de la revolución, lugar donde se fusilaran los partidarios del poder de Batista.

On est accueilli, après avoir traversé un premier camp militaire, par une zone d'exposition de missiles en tous genres, dont certaines des fameuses fusées de la crise américano-cubaine en 1962.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

La vue de la ville est fantastique, avec un bon zoom on voit même les échaffaudages de la coupole du Capitole.

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

Terminaremos nuestro día, relajándonos en las playas de Playa del Este, donde uno llega en bus desde la fortaleza por ejemplo, lugares muy populares donde se amontona la gente, ya que es un domingo.

Linda mar, agua caliente, pero ron y ron que los jóvenes toman en seco, chupándolo sin parar, con un fondo musical permanente y gente bailando por todas partes, en el bus, la guagua como le dicen en Cuba, en la playa, en el agua!

Mais pas de photos perso pour vous en faire profiter...

Comme on quitte la capitale le lendemain au petit matin, pour commencer les visites avec un tour vers l'ouest de l'île, à la rencontre de Viñales, on traîne sur le Malecon, dans la section de la vieille ville, captivés par la lumière de la fin d'aprème et par les passants cubains qui semblent faits pour être pris en photo!

La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!
La Habana: Cuba, aqui llegamos!

ça y est, on est bien arrivés à Cuba, on commence à prendre le rythme local,

les cafeterias, pizzas et refrescos en peso cubains, MN, qu'on trouve à tous les coins de rue sont notre quotidien, reste à savoir comment on se sentira dans le reste de l'île, La Habana est comme la maison déjà !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article